Laboratoire Cognition, Langues, Langage, Ergonomie (CLLE)
UMR 5263


Accueil > Archives > Archives - Agenda

Le programme minimaliste, arguments et problèmes: le cas des explétifs et de l'EPP

le 20 octobre 2016
14h - 16 h

Alain Rouveret (LLF, Université Paris Diderot-Paris 7)- Séminaire CLLE ERSS

Arguments minimalistes 

Le minimalisme est la forme la plus récente de la grammaire générative transformationnelle. Afin de mieux marquer l'importance de la rupture qu'il introduit, il est intéressant d'examiner en détail les arguments que Chomsky invoque à l'appui de ce nouveau programme, qui met l'accent sur un ensemble de facteurs relativement ignorés dans les modèles précédents, mais qui, selon Chomsky, doivent être pris en compte quand on cherche à construire une théorie du langage pleinement adéquate. Si le minimalisme inaugure une nouvelle façon de penser syntaxiquement, c'est parce que, dans le façonnage de la Faculté de Langage et dans la construction des grammaires, il fait jouer un rôle majeur à ces facteurs, absents des modèles précédents (ou présents sous une forme différente) et dont on montrera la cohérence et l'articulation: interfaces, dualité de la sémantique, linéarisation, étiquetage, phases, localité ...

 Il est intéressant de confronter ces hypothèses très générales à un phénomène particulier, pour voir quelles solutions le programme minimaliste rend accessibles. C'est ce qui sera fait dans la deuxième partie.

 Les pronoms explétifs et le statut de EPP

 La distribution des pronoms explétifs dans les langues a joué un rôle déterminant dans la construction de la théorie des Principes et Paramètres et dans la définition du Principe de Projection étendu (EPP). Mais elle constitue un défi majeur pour le modèle minimaliste, en particulier pour les relations sonde-cible sur lesquelles il est fondé. On examinera un ensemble de constructions en allemand, en islandais et aussi en gallois dans lesquelles les explétifs ne peuvent apparaître dans la position où on s'attend à les rencontrer : la position de sujet grammatical. Les langues romanes à sujet nul sont aussi des systèmes dans lesquels les explétifs n'ont pas accès à cette position (ni, du reste, à aucune autre). Ceci amène à s'interroger sur le statut de EPP. L'exigence qu'il impose relève-t-elle de la syntaxe étroite et des mêmes mécanismes de vérification que ceux qui prennent en charge les traits formels? On répondra par la négative et, en s'appuyant sur les données présentées, on montrera qu'EPP, dans le moèle minimaliste, ne peut avoir que le statut d'une condtiton de sortie (bare output condition).


Lieu(x) :
Salle E412 - Maison de la Recherche

 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page