Laboratoire Cognition, Langues, Langage, Ergonomie (CLLE)
UMR 5263


Accueil > Thèses et HDR > Equipe LTC

Thèse Hugo Chatellier

2 décembre 2016 à 9h - Salle D29 (Maison de la Recherche)

"Nivellement et contre-nivellement phonologique à Manchester : étude de corpus dans le cadre du projet PAC-LVTI"

Jury :

Jacques Durand : Professeur émérite, Université Toulouse Jean Jaurès
Nabil Hathout : Directeur de recherche CNRS, directeur de thèse, Université Toulouse Jean Jaurès
Sophie Herment : Professeur des universités, Université Aix-Marseille
Manuel Jobert : Professeur des universités, Université Lyon III
Steven Moore : Maître de conférences, co-encadrant, Université Toulouse Jean Jaurès
Monika Pubkli : Maître de conférences, Université de Strasbourg

Résumé

 La présente thèse propose une description et une étude multidimensionnelles (sociolinguistiques, phonologiques et phonétiques) de la variété d’anglais parlée dans le Greater Manchester. Nous offrons une discussion sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques de l’étude du changement linguistique et de l’utilisation des corpus en linguistique. Notre travail est mené dans le cadre du programme PAC (Phonologie de l’Anglais Contemporain : usages, variétés et structure) et au sein du projet LVTI (Langue, Ville, Travail, Identité) sur la base du corpus PAC-LVTI Manchester, constitué de données authentiques et récentes récoltées sur le terrain. Notre analyse se concentre notamment sur le phénomène de nivellement dialectal, qui a été l’objet de nombreuses recherches récentes en sociolinguistique anglaise. Nous nous intéressons en particulier à l’hypothèse de l’expansion d’une variété supralocale dans le nord de l’Angleterre. Notre étude concerne essentiellement les voyelles du Greater Manchester, et repose sur une analyse phonético-acoustique de la production des locuteurs de notre corpus. Nous relevons les caractéristiques majeures de la variété mancunienne, telles qu’elles ont pu être décrites dans les quelques travaux publiés jusqu’ici, et étudions leur corrélation avec des facteurs sociolinguistiques classiques comme l’âge, le genre, ou le niveau socio-économique. Nous explorons également la pertinence des facteurs attitudinaux pour l’étude de nos données. Sur la base de nos résultats phonético-acoustiques, nous nous prononçons en faveur de la pertinence de l’opposition de longueur en anglais, repensée en termes de poids vocalique au niveau de la représentation des voyelles, et proposons une modélisation du système phonologique de la variété du Greater Manchester dans le cadre de la phonologie de dépendance. Nous discutons des évolutions du système à la lumière du phénomène de nivellement dialectal, et nous interrogeons sur la pertinence des facteurs internes et externes pour les expliquer.



 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page