Musique et cognition

Publié le 11 décembre 2018 Mis à jour le 12 mars 2019
le 28 juin 2019

Jean Julien Aucouturier - CNRS, IRCAM - Séminaire CLLE LTC/CerCO

La musique détient un pouvoir énorme sur nos émotions. Par un mélodie particulièrement touchante, un accord poignant, ou parfois une simple note, les sons musicaux déclenchent des fortes réactions subjectives et physiologiques. Pour le biologiste, ces réactions sont dures à expliquer, car on les conçoit généralement comme des réflexes de survie: le coeur qui s'emballe, les mains moites, le souffle court, sont toutes des réponses adaptées à préparer notre organisme à e.g. s'enfuir quand on tombe nez à nez avec le fameux ours de William James dans la forêt. Tomber nez à nez avec un do ou un do#, avec un violon ou une flute, ne semble pas être une question de vie ou de mort nécessitant les mêmes réactions. Dans cette présentation, je passerai en revue une série de récents travaux scientifiques des domaines de la musicologie, de la psychologie et des neurosciences cognitives, qui visent à "disséquer" ce qui, dans les sons musicaux, alimente les mécanismes de réponse émotionnelle de nos cerveaux d'auditeurs - par exemple, parce qu'ils imitent les inflections et la prosodie de la parole émotionnelle, le cri dissonant d'un prédateur, ou le timbre du sourire.