Écriture et réflexivité : investigations de corpus manuscrits à partir des ratures scripturales

Publié le 24 septembre 2019 Mis à jour le 11 octobre 2019
le 21 novembre 2019 D30

Claire Doquet, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle & CLESTHIA - Langage, systèmes, discours - EA 7345 - Séminaire CLLE ERSS (14 h/15 h)

« Un auteur […] est alternativement scripteur et lecteur, et à ces deux rôles fondamentaux, il faut sans doute en ajouter un troisième, celui de la réflexion » indique Jean-Louis Lebrave dans sa thèse de doctorat d’Etat (Lebrave, 1987, p. 770). Si l’écriture au sens d’inscription de mots et phrases sur un feuillet laisse des traces tangibles, celles de la lecture et de la réflexion sont plus ténues, voire invisibles.
L’hypothèse de ce travail est que la rature scripturale, en tant que retour sur le déjà écrit aux fins de le modifier, constitue dans les manuscrits la trace de la réflexion. A partir de considérations théoriques sur l’écriture comme intrinsèquement liée à la réflexivité,
nous explorerons un corpus d’écrits d’élèves à partir de leurs ratures et tenterons de montrer l’intérêt du codage des opérations scripturales dans l’élaboration de grands corpus manuscrits.